Mots-clés

, , ,

Ou les déboires du célibat…

Selon les expériences, on converge presque tous à cette conclusion. Lorsque le partenaire cible paraît tout beau sous toutes les coutures, on peut conclure qu’il y a anguilleS sous roche. Par contre généralement, lorsque les défauts sont apparents, il y a plus de chance que les découvertes après coup soient plus agréables.

Ce n’est pas une généralisation puisqu’il y a toujours quelques exceptions à une règle. Un exemple comme ça, un homme beau, sans problème financier ou même très aisé, qui se tient bien, a de belles manières, très articulé… perdu sur un site de rencontre. Pensez-vous qu’il n’y a pas de quoi se poser une question ? Alors d’après une de mes expériences malheureuses, le bonhomme est dépendant. Pas à la drogue, non il est très clean de ce côté. Pas à l’alcool, il sait boire. Mais au sexe. Oui au sexe. Il ne peut pas arrêter de courir les jupons et pire, n’importe quel jupon lui faisait.

Un autre, à peu près la même apparence que le précédent sauf qu’il ne courait pas les jupons. Il avait par contre un grave problème financier qu’il savait bien cacher au début de la relation. Normal, il empruntait pour rembourser ses dettes. Il a tenté avec moi. Malheureusement pour lui, je lui ai dit que je n’aurais aucun problème à lui prêter sauf que je n’en ai pas. Depuis, sa présence était devenu sporadique, très sporadique, trop sporadique. Un apprenti Madoff à mon avis. Et depuis l’histoire de XDDL, je n’ai cessé de penser à lui. Je l’ai échappé belle!

Ayeayeaye…

Alors ma conclusion est qu’il serait peut-être mieux de se tourner vers les petits travers apparents…

Note: Le masculin est utilisé pour alléger le texte. Le cas peut très bien s’appliquer aux femmes.

Publicités