Mots-clés

, , , ,

On a beaucoup de qualités. Par contre, on peut avoir un gros défaut: la paresse. Ne parlons pas de la sélection en terme de paresse. Généralement, on n’aime pas tout ce qui n’est pas amusant et parfois, la paresse est accentuée lorsqu’on doit le faire pour soi. C’est comme si le fait que c’est pour soi, diminue son importance.

On peut s’améliorer en utilisant les téléphones intelligents. Ils ont toujours une application « agenda ». Sauf qu’on a beau programmer les « choses à faire » mais on ne le fait pas toujours!

Dernièrement, j’ai lu sur internet un article sur le « Timeboxing ». Le timeboxing aide justement à surmonter cette paresse chronique.

Premièrement, il s’agit de se fixer un temps pour faire une tâche ou une corvée. Il faut le considérer comme un projet qu’il faudrait (je dis bien « faudrait » puisqu’il ne faut pas non plus se prendre la tête) finir durant un certain délai. Ce délai, il faut le définir non pas par rapport à la grandeur de la tâche mais à la grandeur de notre humeur, de notre envie. À partir de là, on prend un réveil, une minuterie, un alarme, peu importe ce qu’on a sous la main et on le fixe. Exemple: Vaisselle 20 minutes.

Deuxièmement, il faut se choisir une récompense. Par exemple, dès que j’arrive au bout du délai fixé, je me repose pour lire. La récompense est évidemment quelque chose qu’on aimerait faire, qui nous amuse.

Le but est de se mettre dans la tête la récompense qu’on va avoir après le délai fixé. Peu importe qu’on ait fini le projet ou non, on sait qu’on a avancé. Il arrive aussi que lorsque l’alarme sonne, on a envie de continuer alors… que demander de mieux ?

En fait, dans la paresse, c’est l’effort de se lever et de commencer la corvée qui est très difficile. Après, tout semble aller tout seul.

Et voilà, j’ai commencé à appliquer le « Timeboxing » aujourd’hui et là, je suis entrain de prendre une pause d’une demi heure avant de continuer mon projet de l’après-midi.

Ne pas oublier:

  • C’est le délai qui importe et non la tâche à accomplir.
  • On se plie en 4 pour satisfaire notre employeur alors on devrait ne pas avoir de problème à se plier en trente pour satisfaire soi même!
Publicités