Mots-clés

, , , , , , , , , , ,

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2011/11/20111120-133046.html

D’après ce que j’ai vu à la télé, l’endroit est assez désert. Je n’irais pas courir à cette place.

On sait qu’il n’est pas conseillé de courir avec des écouteurs sur les oreilles. Personnellement, je le ne fais jamais même si parfois, l’envie est présente. Je tiens à ma vie, disons.

Le but n’est pas de blâmer cette joggeuse. Elle fait son sport, elle n’a rien fait de mal. Ce qui n’est pas normal, c’est de se faire attaquer en faisant du sport à 11h du matin. C’est quoi cette histoire ??? On n’a plus le droit de courir même le jour maintenant ?

Je vais vous raconter deux choses qui me sont arrivées dans mon coin. Il y a de ça quelques années. Dans le temps, je marchais et courais beaucoup.

En revenant de ma longue marche sur le parc linéaire le long du boulevard Gouin, il faisait assez tard, en début d’automne. Comme en cette saison. J’étais seule sur le parcours et le jour commençait  tomber. Tout d’un coup, j’entendais un bruit de pas derrière moi. J’étais au niveau de la prison de Bordeaux. Je me suis retournée et c’était un homme un peu plus grand que moi, de race noire (je n’ai aucun préjugé contre les hommes noirs). Il avait les yeux perçants et rouge. C’est ce qui me faisait peur. Je faisais semblant de garder mon calme, j’ai continué ma marche. Il m’a dépassé et il n’a pas cessé de me regarder. J’avais vraiment peur et j’ai tout de suite changé mon parcours, je suis allée rejoindre le boulevard Gouin. Au moins, il y a quelques voitures qui passent. Depuis ce jour, je n’ai plus repris le parcours du parc.

Une autre fois, après cet incident, je suis allée courir. Je n’ai pas suivi le parc, j’ai pris le boulevard Gouin. Au moment où je passais devant la prison de Bordeaux, il y avait un homme dans l’abris bus. Il m’a interpellé. Comme j’ai continué ma course sans me retourner, il a crié avec un ton très agressif. Là aussi, j’avais peur.

Depuis, j’ai complètement changé mon parcours, j’évite les environs de la prison.

Il faut toujours faire attention lorsqu’on court seule. Tout peut arriver en ville comme ailleurs, malheureusement.

Advertisements