Mots-clés

, , , , , , ,

Par un temps maussade, on met une croix sur tout ce qui est « sortie plein air ». Donc, deux jours à ne pas trop savoir quoi faire.

J’ai regardé les films au grand écran: rien. Magasiner ? Je n’ai besoin de rien. Lire ? Une solution et j’ai encore le 3è livre de Millenium que je n’ai pas encore fini. Autant j’ai ingurgité les 2 d’avant comme une affamée, autant le 3è me prend du temps. Pas que je n’ai pas envie de lire mais, j’étais disons plus ou moins occupée ces dernières semaines. Et même aujourd’hui, je prends du temps pour écrire devant mon petit déj’ mais je vais devoir vaquer à mon ménage/commissions et tout le tralala… Après, ce sera le défi de trouver quelque chose de jolie à faire.

Je disais tout à l’heure, la lecture mais vous savez en été, on est supposé profiter du soleil. Mais là, pas de soleil malheureusement.

Bon… sinon, que dire ? Le conflit étudiant ? Ben… ils m’épatent ces étudiants. Je veux dire les leaders. À leur âge je n’étais pas comme eux: la tête sur les épaules, de vrais communicateurs, de vrais leaders. Non… rien à dire, ils sont bons, extrêmement bons.

Mais il me semble que depuis ce conflit, on parle moins de la corruption… bizarre. Est-ce fait exprès ?

Et puis non, je n’ai pas manifesté à la casserole. Pourtant il me vient souvent à l’esprit d’accrocher un mini-casserole à ma ceinture lorsque je vais courir. Mais là, personne ne va m’entendre à part les ours, puisque je cours rarement dans les rues de Montréal depuis que j’ai un problème à mon genou. Il me faut un parcours plus « soft » pour amortir mes pas.

Puis là, j’ai vu qu’on parle de crédit d’impôts et que soit disant, les étudiants n’utilisent que très rarement ce crédit… blablabla…

Croyez-vous vraiment que la plupart des étudiants ont le temps de penser « crédit d’impôts »? Ils se soucient assez de leurs études et de leur travail, je crois que c’est amplement « occupant » dans leur vie. Crédit d’impôts… pffft!

À mon avis, il leur faut du « concret », du $ concret et facile à calculer. Une diminution  évidente qui saute aux yeux, qui se reflète en gros plus dans leur portefeuille pour améliorer leur vie quotidienne. Ils n’ont pas besoin d’un crédit qui est de l’abstrait, dans le sens qu’il faut faire ceci et cela pour en bénéficier. Transférer aux parents, transférer au conjoint, en bénéficier plus tard… come on! Pour le moment, il leur faut quelque chose de « directe » et claire, quelque chose de simple, facile à appliquer, rien de nébuleux.

Crédit d’impôts… m’enfin bref! Pourquoi, en fait, faire facile lorsqu’on peut tout compliquer ? Zat is zeu kouèstcheun’…

Bon… m’en vais faire mon ménage puisque je commence à me fâcher et ce n’est pas le but. Je veux profiter de mon week-end le mieux possible.

Publicités