Mots-clés

, ,

Je suis entièrement d’accord avec vous que lorsqu’il fait aussi beau comme aujourd’hui, il faut s’amuser dehors. Mais voilà, pour une raison ou une autre, je suis chez moi et pire, devant mon écran.

Oui, je suis devant mon écran et prête à vous livrer mes petites histoires cul-cul. Des histoires dont certain(e)s d’entre-vous qualifient d’activités de « pas-de-vie » mais que moi, je qualifie d’exercice de style. Aheum…

Je n’ai pas apprécié particulièrement la remarque qu’a faite une présentatrice de télévision concernant ceux qui photographient des petits plats et les publient dans leur blogues. Je n’ai pas apprécié son commentaire concernant une Star de télé-réalité. Je n’ai pas apprécié. Je ne sais pas qui est elle cette présentatrice ou participante (?) mais je la trouve un peu, beaucoup, profondément méprisante.

Car voyez-vous, il y deux sortes de « pas-de-vie ». Il y a ceux qui s’adonnent à des exercices de style dont je suis fière d’en faire partie et il y a ceux  qui passent leurs temps à fomenter des fusillades dans les lieux publics sans que personne ne le sache. Ni vu ni connu, sauf le jour J où ça fait boum. Bon… je vous accorde une troisième catégorie, il y a ceux qui ne foutent rien et qui s’emmerdent (scusez!) à longueur de journée. Et donc, je trouve que je fais mieux que ces deux catégories de personne.

Et donc, si vous n’appréciez pas les petits plats que les autres ont concocté avec tant d’amour et qu’ils publient avec fierté, si vous n’appréciez pas la réussite des stars de télé-réalité comme cette jeune dame de la télé, il ne vous reste plus qu’à passer à un autre site. Ça devrait meubler votre « vie-tellement-enrichissante »…

De plus, je vous fais remarquer qu’il est possible de s’adonner à un exercice de style en se décompressant. Ou vice-versa. Ou pour parler simple, l’écriture calme les nerfs. Et c’est vrai. Comme par magie, j’ai oublié la madame de la télévision. Je vous le jure!

Autrement dit, je voulais vous raconter la suite de notre escapade. Notre route s’était arrêtée à Québec.

Après Québec, on a fait un saut à la Chute de Montmorency. Il y a deux points intéressants dans le site, la chute (évidemment) et l’escalier. Disons qu’après avoir vu la Niagara, la Chute m’a peu impressionné. J’ai d’ailleurs déjà fait cette remarque dans mon ancien texte.

Chute Montmorency, Québec

Chute Montmorency, Québec

D’autres vous parleront du téléphérique mais à mon avis, à moins d’avoir un handicap, un ennui de santé ou être accompagné d’enfants de bas âge, l’escalier est la meilleure option. Il y a donc cet escalier à 487 marches qui feront de vos jambes, du béton. On y a vu un groupe de jeunes gens qui y faisaient des va et vient, des aller retour ou plus exactement, plusieurs ascensions et ce, en courant s’il vous plaît!  J’étais épatée.

487 marches, Chute du Mont-Morency487 marches, Chute du Montmorency

 Les photos sont un peu sombres. Il y avait peu de soleil ce jour là…

Sinon quoi d’autre à dire ?

On parle très souvent de noyades ces jours-ci. Dans mon adolescence, on nous avertissait toujours des risques de noyade. Il faut dire que j’étais dans un autre pays où c’est l’été 9 mois sur 12. Il y a aussi le fait que j’étais dans un club de nageurs. Et donc, la base qu’on nous a enseigné était qu’il ne faut surtout pas nager après avoir mangé ni après avoir bu de l’alcool mais surtout il faut rafraîchir le corps avant de rentrer dans l’eau. Tout ceci pour éviter le risque d’hydrocution. « Il s’agit d’un arrêt brutal du cœur et de la respiration en pénétrant dans l’eau, dû à la différence entre la température du corps et celle de l’eau » selon allodocteurs.fr.

À mon avis, tout propriétaire de piscine devrait suivre un cours de sécurité. C’est bien beau d’avoir une piscine mais sans connaître les rudiments en matière de sécurité, c’est comme conduire un véhicule sans avoir appris la code de la route. Bref…

Je vous laisse sur ce sujet et vous reviens avec la suite de notre escapade.

Publicités