Mots-clés

, , , ,

En faisant des recherches personnelles sur les « broker en ligne », j’ai constaté que les américains sont gâtés par rapport aux canadiens. Aux États-Unis, ils ont tout une panoplie de courtiers qui sont bons et à prix très abordables. Je parle de courtiers à escompte en ligne, pour les gens qui veulent prendre en main leur petit placement et ne pas dormir sur les cpg.

Je me demande pourquoi est-on aussi limité ? Ici, si vous n’avez pas $$$K à investir, on vous bouffera avec les commissions. Et là, je ne parle pas de fiscalité et son évolution (ou plutôt son déclin, vu de notre côté)… Ça n’avantage pas les petits « joueurs ». Mais pas du tout.

J’interprète un peu ce système canadien comme… Si vous n’avez pas de gros sous, faites-vous esclave du travail. Presque logique puisque les gros sous ont besoin de vous, chers travailleurs et travailleuses! Il faut que leur roue tourne mais pas la vôtre. Vous, vous allez rouler carré, comme le disent si bien nos bons québécois.

Bon… il y a quand même une explication. Les gros sous avantagent les grandes banques dans le sens qu’elles utilisent l’argent qui dort. Par contre si vous n’avez pas beaucoup à investir, votre mini-bourse ne donne pas grand-chose à la banque. Elles se rattrapent avec les commissions.

Sauf que… des milliers de mini-bourse devient une grande! Finalement donc, oui, les grandes banques profitent des pauvres… Rien n’a changé depuis la nuit des temps.

Bref, si avec cet état des choses, vous vous intéressez toujours à investir votre fond de poche, genre au lieu de donner à loto-québec vous préférez perdre votre argent ailleurs, je vous donne un point de départ pour choisir un « broker ». Au moins, vous ne perdrez pas votre temps à trouver qui est qui et quels courtiers offrent des services pour les canadiens. Généralement, si c’est une grande banque, attendez vous à ce qu’ils cherchent les clients « buy and hold », ce qui veut dire acheter et garder et donc, les gros sous. Donc, $$$ de commissions, pour un actif inférieur à X.

A mon avis, les meilleurs sites à lire absolument sont (en anglais) :

Globle and Mail : http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/online-broker-rankings/the-11th-annual-online-broker-survey/article1348448/

Surviscor : http://surviscor.com/scorView/Reviews/OnlineDiscountBrokerage/Q3-2012/

et J.D. Power : http://www.jdpower.com/content/press-release/leYbTzB/2012-canadian-discount-brokerage-investor-satisfaction-study.htm

En dépit de ces trois sources, il est quand même intéressant de faire un tour dans les forums de discussion pour évaluer « sur le terrain » le ou les courtiers de votre choix. La lecture des forums est à prendre avec des pincettes ; il faut faire attention. Vous devez avoir une bonne jugeote pour distinguer le faux du vrai commentaire…

À partir de ces points, vous aurez une meilleure idée du courtier de vos rêves.

Bon investissement!

Selon les règles de l’art,

– Si vous ne connaissez pas les rudiments de la bourse, faites appel à un gérant de portefeuille sinon, tenez-vous en loin…

– Ayez un minimum de placements sans risque ou à risque minime, avant de vous lancer dans le « jeu ».

– Je ne conseille personne à jouer tout son salaire à la bourse… C’est une autre forme de suicide!

Publicités