Mots-clés

, ,

Mort subite sportif

Dans le temps, le sport était pour moi un sujet de défi. J’étais jeune alors… Pas que je suis vieille maintenant mais, on va dire qu’il y a une grande différence. J’ai plus d’expérience de la vie <rire>…

Petit à petit, le défi ne m’a plus intéressé. Est-ce la fatigue ? Je ne sais pas vraiment au juste mais rien qu’à entendre le mot « défi », j’ai des boutons partout. Bon. On arrête d’extrapoler, j’aime pas, point.

Actuellement, faire du sport est pour moi ma meilleure façon de me relaxer. Lorsque je regarde autour de moi, je trouve que chacun a sa vision de la « relaxation ». En parlant de sport, évidemment…

Je catégorise les sportifs en trois.

Les pépères. Pour eux, faire du sport, c’est prendre l’air et faire bouger quelques muscles. Ils sortent marcher tranquillement une demi-heure tous les soirs, font du vélo la fin de semaine, font de la marche contemplative dans les parcs, font du golf, du bateau ou de la photo. Ils bougent mais, tranquillement pas vite… jamais « out of breath ». J’en perds mon latin.

On s’entend que je n’ai rien contre ce mode de vie puisque c’est mieux que le sport-télé ou suivons l’évolution, mieux que le sport-écran.

Les sportifs. Je suis en plein dedans alors, il est mieux que je fasse joli ce paragraphe…

J’appelle sportif ceux qui font du sport régulièrement et ce, pour plusieurs raisons mais dont, le but principal est de dépenser de l’énergie pour la santé. Maigrir, relaxer, s’amuser. C’est le cas qui m’intéresse.

Est-ce que j’ai besoin de maigrir ? Pas vraiment mais j’ai besoin de maintenir mon poids. Ce qui me semble difficile, sans faire du sport. Et pour maigrir en faisant du sport, le mode pépère est insuffisant.

Pour la relaxation lorsque je suis stressée, il me faut transpirer, il faut que je me concentre sur l’effort physique pour oublier mon tracas. C’est un besoin et c’est important. Le sport contemplatif ne me suffit pas. Peut-être parce que je ne suis pas assez visuelle… Je peux trouver de belles choses autour de moi mais c’est juste beau. Le beau n’a pas une place assez importante dans ma tête, pour que mon tracas n’interfère pas dans le processus.

Dans la troisième catégorie, il y a les hyper-sportifs. Les élites et les autres.

Les élites vivent du sport. On ne peut pas leur reprocher de vouloir être le meilleur…

C’est pour les « autres » que je me pose des questions. Ils sont sur le défi personnel permanent et ils aiment ça. Ils sont généralement égocentriques. Ils se regardent bouger les muscles, ils comptent leur transpiration et arrivent à en faire sortir la tendance. Lorsque c’est combiné au TAC, c’est le top du top. Ils sont complètement dans leur bulle. Les autres n’existent plus.

Vous avez une question sur le sport, ils ont réponse à tout. Ils sont malades s’ils sont deuxième, troisième ou dernier. Lorsqu’ils se lèvent le matin, ils pensent sport. Au boulot, ils pensent sport. À l’heure du lunch, ils conversent sport. S’ils ont à expliquer un graphique quelconque, ils prennent en exemple le sport. Ils rêvent de sport et au lit, (tenez-vous bien ou « attachez vos tuques ») ils suggèrent certaines positions qui font travailler le deltoïde, l’abducteur, le lombaire, le moyen fessier… Je n’ai jamais eu cette expérience mais, je suis à peu près certaine que c’est déjà arrivé.

Ne rions pas, des erreurs de la nature, ça existe…

Pourquoi aujourd’hui je vous parle de ces trois catégories ? C’est parce que dans le monde du célibat, il me semble qu’on peut catégoriser les hommes (ou les femmes bien entendu), en trois.

Le problème est que je rencontre souvent les deux extrêmes si ce n’est un pseudo-sportif, le genre « fully equipped » mais ce ne sont que des attirails… Ce qui fait que, je ne me sens pas dans mon assiette. Chez nous, il y a un dicton: « pas assez pour les riches et trop pour les pauvres ». Je pense donc que je suis trop « moyen » pour les sportifs célibataires.

Pas plus tard qu’hier, j’ai reçu un message d’un fêlé. Je vous fait un copier/coller : « Tu aimes le sport? Évidemment ça c est très bien, mais que penses-tu par exemple du rapport entre sport, érotisme? ».

Je le remercie au moins, de m’avoir inspiré pour ce billet.

Crédit Image : http://www.bebr.fr/blog/index.php?post/2010/02/23/Eviter-la-mort-subite-du-sportif

Advertisements