Mots-clés

, , , ,

Je ne sais pas ce que veulent les hommes. Et je crois bien qu’ils ne savent pas non plus ce que je veux. Là est le problème.

Tout va trop vite. M’enfin… pour ceux qui veulent aller trop vite. Je ne les comprends pas. À quoi bon courir si c’est pour revenir au point de départ ? J’aimerais bien savoir pourquoi…

Ce qui est drôle, c’est que tout le monde veut se caser (à part quelques exceptions) mais au final, tout le monde est bien seul. Alors on multiplie les rencontres, mais ça ne donne rien.

En fait, comment voulez-vous que ça aille si vous allez droit au but dès la première, deuxième, troisième rencontre ? Pensez-vous connaître une personne après trois rencontres ? Moi, non.

À la première rencontre, la perception joue beaucoup. Comment je te vois, comment tu me vois. Et on passe au « jugement premier ». Il est laid, elle est laide, il est beau comme un dieu, elle est canon… Et on saute à la conclusion. Point final.

Bref, laissez-moi rire. Parce que la perception ne vient que de la personne qui regarde. On ne donne pas le droit à l’autre de prouver, de réfuter, de nier ou pourquoi pas de confirmer le premier regard, la première appréhension.

Les comédiens (ou comédiennes si vous voulez) s’amusent souvent avec cette perception. Ils en savent quelque chose. Et ils en tirent profit. Les professionnels en marketing ne jurent que sur le premier contact. Semble-t-il que c’est le premier qui est décisif… Mais moi, je n’y crois pas. Peut-être c’est vrai pour les contacts professionnels. Les relations hors profession sont différentes. En dehors du boulot, généralement les gens sont plus humains. M’enfin… ça, c’est lorsqu’ils sont bien dans leur tête. Ce qui voudrait dire qu’il y aurait lieu de considérer plus que le premier contact, si on veut juger de la valeur humaine d’une personne. Facile à dire n’est-ce pas ?

Aux premières rencontres, c’est généralement le physique qui frappe. Veux veux pas, c’est la réalité. À mon avis, un physique moyen peut toujours être compensé par un autre côté plus attirant. Quoi par exemple ? Name it… Tout peut arriver. J’ai bien dit « un physique moyen ». Je n’ai pas dit un physique laid. Et ici, faites attention puisque, laideur et beauté sont dans les yeux de celui/celle qui regarde (disait l’autre).

Je le précise puisqu’il y a l’autre côté du décor. Les beaux et belles intérieurement. Tout le monde est d’accord que la beauté intérieure à elle seule ne marche pas. Il faut arrêter de rêver. Ceci m’amène à dire qu’il faut avoir un bon jugement de ce qu’on est réellement. Se regarder dans le miroir (Oui! Il n’y a pas que les narcissiques qui ont ce droit) et prendre note des imperfections qu’on a, contrairement aux narcissiques qui ne vont relever que le beau. Parce que les gens sensés cherchent généralement une personne à peu près de son niveau. Ni trop bas, ni trop haut. Ceci vaut sur plusieurs plans (le physique, la richesse, la connaissance générale etc.).

Les gens sensés savent qu’à de très rares exceptions, un grand écart mène tout droit à l’échec. Arrêtez de penser que vous faites plus jeune que votre âge. Regardez-vous dans la glace et dites-vous que vous avez votre âge. Vous avez le droit, bien évidemment, de définir entre quelle fourchette votre recherche se fera.

Bon… on a parlé du physique, de l’âge. Parlons de la proximité. Il est clair que moins il y a de kilomètre entre les deux, mieux c’est. Dans le temps, on rencontrait dans les lieux qu’on fréquente régulièrement. Actuellement, on rencontre via internet. Ça va mal. Et là, on se rend compte que la personne de notre rêve vit à mille lieues de chez nous. Que faire ?

La seule situation valable est celle où, au moins un des deux a la possibilité de voyager et a la possibilité de déménager, dans la mesure où la relation évolue. Si aucun des deux n’a cette possibilité, prenez la fiche et mettez-la dans la corbeille. Pure perte de temps. C’est une situation exceptionnelle et ne convient pas à tout le monde.

Maintenant, admettons qu’on a résolu toutes les questions précédentes. On va parler des sujets de conversation. Tout le monde sait que les discussions à propos des ex sont à bannir. Du moins, durant les premières rencontres.

Racontez votre vie, posez des questions, démontrez que vous vous intéressez à l’autre surtout si l’autre vous intéresse plus ou moins. Exprimez vos désirs dans une relation amicale, dans une relation de couple. Laissez de la place à l’autre pour vous raconter son histoire, pour s’exprimer. Rappelez-vous que c’est une conversation et non un monologue. Si vous êtes du genre timide, préparez d’avance ce que vous avez à dire et placez-les au fur et à mesure que la conversation avance. Oui, il n’y a pas de mal à faire des exercices chez soi. Personne ne vous voit et ne vous entend, profitez-en.

Dans le même ordre d’idée, si l’autre vous intéresse, cessez le jeu du « qui m’aime me suive », le jeu de l’indifférence. Vous n’avez plus 20 ans, vous êtes là pour « trouver » et non pour jouer. En premier lieu, soyez honnête envers vous même. Montrez et démontrez que vous êtes ouvert(e). Évitez toute ambiguïté.

Dans ce cas ci, le problème émerge lorsque vous en faites trop. Gardez en tête que vous n’êtes qu’aux premières rencontres. Il s’agit de démontrer votre ouverture à continuer les rencontres et non que vous êtes amoureux(euse). Nuance!

Finalement et surtout, évitez de parler de sexe à une inconnue. Ne soyez pas « déplacé », les femmes aiment se sentir respectées… Bref, il  y a d’autres endroits pour ce genre de discussion. À moins que vous soyez exhibitionniste, sachez que conversation intime vaut lieu intime et se fait entre intimes.

Et voilà, je n’ai pas trouvé réponse à ma question mais au moins, je vous ai dit ce que je pense des rencontres entre célibataires.

Advertisements