Mots-clés

, ,

Chaque année, la fête des pères est une torture pour moi. Parce que je n’ai que mon père en tête. Parce que mon père était pour moi immortel, éternel… une imagination de fillette qui n’a pas évolué. L’imagination.

Même malade, je n’ai jamais pensé qu’il partirait sans que je sois là. Je n’ai jamais pensé que je n’aurai pas le temps de lui parler de « cette histoire ». Une histoire qui ne se raconte pas ici. Une histoire que j’aimerais crier à tue-tête. Pour me libérer. Une histoire qui aurait dû se régler avant son départ… dans l’au-delà.

Une histoire que je lance le lendemain  de chaque fête et qui me revient chaque année suivante. Tel un boomerang.

Aujourd’hui, j’ai une importante décision à prendre dans ma vie. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi, ça tombe juste aujourd’hui… Je suis certaine que tu es là quelque part pour m’assister. Je sais que tu ne me lâcheras jamais, où que tu sois.

Papa, tu as été le meilleur père au monde. De toute ma vie, je ne t’ai jamais entendu élever la voix, même avec tous les écarts que j’ai faits. Tu m’as appris la patience, la tolérance, la ténacité et bien plus. Tu n’as jamais mis une barrière dans mes projets, même les plus fous. Tu m’as laissé expérimenter la vie. Je me suis souvent cassée la g*… mais tu étais toujours là pour m’aider à me remettre sur pieds. Tes conseils m’ont suivi tout au long de ma vie et Dieu sait, quelle a été et quelle est cette vie.

Mais il y a toujours cette histoire entre nous.

Des mots qui n’ont pas été dits…

Publicités