Mots-clés

, , ,

Désolée, il n’y a plus d’abonnée à cette adresse…

Voilà la réponse que je pourrais envoyer à ce prétendant dont la photo m’avait attiré. Mais quelle idée !

J’avais reçu son message. J’étais voir son profile. Tout m’apparaissait intéressant mais je trouve dommage, ce qui suit.

À peine deux message échangés, je vois un gros « T » à la fin d’une phrase. Pas n’importe laquelle, la première phrase. Mais quel accueil!

L’expression ne collait pas à l’homme ou du moins, à l’image. Je n’avais rien compris.

Ça donnait envie de répondre par un vide. Un gros vide. Je me suis retenue. Je n’ai pas envoyé un vide, j’ai fermé le message. Le silence est d’or n’est-ce pas?

Une image vaut milles mots ? En êtes-vous bien certain ? Puisqu’à l’ampleur du « mot », si je m’amuse à faire un prorata de l’image, j’ai bien peur qu’il n’en restera plus rien. Peut- être, une ombre se dressera vaguement au bout du compte ?

Peut-être.

Me semble que ce texte se range bien dans la  catégorie « Ils font fuir les femmes« . 

Note aux non québécois : « T » est un des jurons du Québec.

Publicités